• S2H INSTITUTE

"Il faudrait travailler sur l'angoisse des managers car on peut l'éviter" estime Myriam El Khomri

Mis à jour : mai 13

L'Usine Nouvelle






Myriam El Khomri, membre de l'Observatoire du dialogue social de la Fondation Jean Jaurès, commente pour L'Usine Nouvelle les résultats d'une étude menée par l'Ifop sur la perception des actifs français sur la pérennité de leur emploi. Où il apparaît que certaines catégories sont particulièrement angoissées, que la formation professionnelle a un rôle clé à jouer et qu'il est urgent de redonner du sens au travail.   




L’Usine Nouvelle. - Pourquoi avoir réalisé une étude avec l’Ifop sur la transformation et la disparition des métiers ? Une étude de plus, j’ai envie de dire...

Myriam El Khomri. - Nous avons voulu nous associer à l’Ifop et à la Fondation Jean-Jaurès pour cette étude sur l’avenir des métiers. Nous disposons de rapports du Conseil d’orientation de l’emploi, de l’OCDE sur l’avenir des métiers avec des conclusions plus ou moins alarmantes. Nous avons voulu nous intéresser ce que les actifs eux-mêmes en pensent. Nous voulions partir du terrain avant d’élaborer de grandes théories. Comment les Français perçoivent l’avenir de leur métier ? Sont-ils ou non inquiets ? Ma conviction était qu’on ne peut pas bien parler du monde du travail sans le faire avec les premiers concernés. 

LIRE L'ARTICLE : "Il faudrait travailler sur l'angoisse des managers car on peut l'éviter" estime Myriam El Khomri

NOUS CONTACTER